Spark : les forces de la nature s'affolent aux Folles journées

Ils ont le mordant d’un groupe de rock, un rythme d’enfer, un talent fou, la beauté et la jeunesse en plus. L’ensemble classique de musique de chambre allemand  Spark  (étincelles en anglais) a électrisé la scène du Grand R lors des Folles journées de La Roche-sur-Yon. Toute l’originalité du Quintette réside ici : combiner la tradition de la musique classique avec l’innovation de sons nouveaux. De l’interprétation jusqu’à la présentation des cinq musiciens sur scène, l’approche est originale. Pour le plus grand plaisir du public qui en redemande.

L’excellence à la portée de tous !

[[Décrire l'image]]
La Folle Journée  en Région.

La Folle journée de Nantes essaime en régions depuis 14 ans déjà. Loin d’être un événement parachuté en local, la manifestation réalise un pari audacieux : mixer le nombre de concerts de musique classique avec la qualité artistique sur trois jours, dans pas moins de onze villes ligériennes . Lors de la précédente édition, quelques 56 000 mélomanes ont pu apprécier une programmation riche et variée.  Cette année encore, l’excellence était à la portée de toutes les oreilles, des plus jeunes aux plus averties !  Du 29 au 31 janvier , c’est toute la vie musicale amateur et professionnelle qui s’est élevée à l’unisson sur le thème commun de la Nature .

La Roche-sur-Yon a eu la chance d’accueillir notamment, SPARK , l’un des ensembles les plus prometteurs de la scène Internationale.

 

Partage et générosité

Spark a présenté des extraits de leur dernier album : Wild Territoires (territoires sauvages). A la manière d’un groupe de rock, Spark dialogue avec son public entre les morceaux. Il explique ce qui va suivre, remercie, créant ainsi une proximité avec les gens. La musique classique devient alors abordable, amicale, chaleureuse. Durant 45 minutes suspendues, le public est embarqué à la découverte d’un univers musical inédit, qui va puiser jusque dans la nature sauvage, primaire, qui réside en chacun de nous.  

Sauvage jusque dans le costume asymétrique de la flûtiste, la touche féminine du groupe. Sauvage dans le t-shit à manches (très) courtes du meneur, flûtiste également. Sauvage dans l’énergie et la gestuelle qui marque le rythme sur scène. De l'audace, encore de l'audace et toujours de l'audace !

Fait original, la flûte à bec, cette mal aimée des collégiens français est adoubée avec Spark au même rang qu’un piano majestueux ou un violon aérien. C’est bien la flûte qui mène la danse sur chaque morceau à un rythme souvent effréné. Les joueurs jouent entre six à sept flûtes différentes et passent de l’une à l’autre avec une dextérité déconcertante.

Spark navigue sans complexes d’un style à l’autre, des œuvres des maîtres du classique à celle de compositeurs contemporains d’avant-garde. Ils  joueront notamment un morceau intitulé « Beyoncé », inspiré à son compositeur par la célèbre diva américaine.

On résume ? Rock, musique de chambre, RnB comptemporai : la musique de Spark n’a pas de frontières!  Comme un territoire sauvage, elle s’écrit devant nos yeux et s’étend au-delà : elle touche les cœurs !

Spark – The Classical Band. Album : Wild Territories.℗ 2015 Edel Germany GmbH. Un extrait ici, Candy Box de Chiel Meijering.

 

Veuillez vous connecter pour faire des commentaires