Rencontre avec "Le LABO"

« Quand l’envie de créer épouse l’envie de danser… »... Rencontre avec les filles du Labo, un collectif yonnais autour de la danse.

 

Bonjour les "Labo" girls ! Dites-moi, comment pourrait-on vous décrire ?

Notre but est d’interpeller, de sortir des sentiers battus. Ce que nous faisons ce n’est pas simplement que de la danse, c’est aussi de la mise en scène, du spectacle.

Comment a germé cette idée de collectif ?

Cette histoire, c’est avant tout une histoire d’amitié, avec des liens très forts. Nous nous sommes rencontrées grâce à la danse, certes, mais c’est beaucoup plus qu’un groupe de danseuse. Nous sommes semblables et différentes, complémentaires et complices et nous assumons ce côté décalé qui nous caractérise.

Avez-vous un modèle, une référence, une inspiration ?

Nous n’avons pas de référence à proprement parler. Nous fonctionnons à l’instinct, à l’envie, au coup de cœur (Delphine Goëneau et Annabelle Loiseau ont une formation commune de base  mais un style très différent. Une identité propre à  chacune). Sur la nouvelle pièce "CREEP", Delphine aborde la création comme une pièce de théâtre et a fait appel pour cela, à une professionnelle, Nadège  Tard, de la Compagnie du Chantier. Objectif: permettre d’appréhender au plus juste la mise en scène du spectacle. Nous faisons aussi appel à d’autres intervenants comme  Justin Giraud, chorégraphe, qui a travaillé sur une nouvelle création, Sylvie.

Souhaitez-vous véhiculer un message par vos spectacles ou chaque création est un message en lui-même ?

Chaque spectacle à son identité propre, il peut y avoir un message, en l’occurrence dans « Creep » chacun pourra interpréter selon sa sensibilité ce qu’il va découvrir.

«Dans «CREEP» on parle avec humour, de l’amour.
L’amour qui nous échappe et nous salit.
L’amour « vache », pas l’amour des contes de fées 
L’amour qui nous rend poussière et nous balaye.
L’amour qui nous pétrit pour faire de nous ses marionnettes souriantes...
Le monstrueux amour : CREEP.» Delphine Goëneau


Les créations pensées par les chorégraphes donnent-elles lieu à des discussions ou des ajustements de la part du groupe ?

Non. En revanche, l’univers dans lequel le public va être bercé dès son arrivée est discuté dans le groupe. Cela permet à chacune d’apporter son avis sur le positionnement à donner à l’accueil qui est une extension du spectacle qui va se dérouler (avec la participation active des hommes des labo-girls !).

laboimage2.JPGLaboimage3.JPG

Vous êtes actuellement en pleine préparation de votre nouveau spectacle. Une info pétillante pour La Roche & Elles ?

« On lâche les talons pour les Doc-Martens »  et « une collaboration avec un duo de labo-boys ! »

Quand et où pourra-t-on venir découvrir cette nouvelle édition ?

Nous nous produirons le 6  et 7 Décembre prochain à 20H30 à l’IST , Amphithéâtre  Réaumur, Boulevard d’Angleterre, La Roche-sur-Yon. Vous pourrez acheter vos places à Music Halles, 34, rue de Verdun, à La Roche-sur-Yon. Des compagnies sont invitées : Cie Chute Libre, Cie Cadence, Cie Madame, Atelier Mademoiselle et Voices and Co.

Enfin, comment résumeriez-vous l’aventure que vous vivez toutes ensemble ?

« Bulle », « Parenthèse attendue », et « serrage de coude » !

Un grand merci  à  Delphine, Géraldine,  Annabelle, Laure, Corinne, Hélena, Stéphanie, Nathalie, Isabelle, Aurélie, Alice, Mélinda, pour leur disponibilité ; leurs sourires et leur bonne humeur contagieuse.

Laboimage1.JPG

Hâtons-nous  pour découvrir cette nouvelle édition, où à n’en pas douter les surprises seront au rendez-vous et les chorégraphies léchées et les artistes affutées….

Un moment où la grâce fera scène commune avec le talent.

 

Veuillez vous connecter pour faire des commentaires