Mes premières chaussures pour bébé ...

Il y a deux ou trois, ou quatre choses fondamentales à savoir : ce n’est ni une question de style, ni une question de marque…C’est une question de chaussures!

Elémentaire, mon cher Watson, me direz-vous! Et bien, détrompez-vous, j’ai vendu des chaussures premiers pas…Et si vous saviez le nombre d’âneries  de  choses que j’ai pu entendre…Mon dieu!

Bref, je ne suis pas là pour balancer, quoique, c’est drôlement tentant,  mais ma réserve professionnelle m’oblige à la discrétion.

Donc, comme je les ai apprises (bin oui c’est pas inné ce genre de choses!), je voulais vous retransmettre les petites astuces, ce qu'il faut  faire et ne surtout pas faire lorsque que vous faîtes l’acquisition de votre première paire de chaussures pour poussin:

 

Premièrement : avant que bébé ne se tienne bien debout (accroché à son parc, ou à votre main), on ne lui met pas de chaussures : ça ne sert à rien! Le pied de bébé a besoin d’un maximum de liberté pour pouvoir se muscler, donc on ne l’entrave pas avec une bonne grosse semelle épaisse (vous savez, cette marque si mignonne dont la semelle dépasse et qui a un point rouge et un point vert sous le pied), oui celle-là…et bien NON ! Et pour plusieurs raisons que je vous détaillerai plus tard. Vous allez me dire : « HA t’es marrante mais l’hiver il a froid, poussin, à ses petits pieds »! Oui…Bin faut lui mettre des chaussettes, puis ces petits chaussons en cuir tout mou avec un dessin rigolo dessus.

Deuxièmement : quand bébé commence à marcher (alors là, question planning, certains sont en avance à 9 mois, d’autres prennent leur temps vers 15/16 mois, donc pas "d’affolage"!), on se concentre, c’est là que les ennuis commencent! Pour bien choisir une chaussure, il faut savoir deux ou trois choses. C’est bon? Tout le monde est prêt? C’est partiiiiiiii!

1-La chaussure DOIT être montante (avec une "tige haute", ça, c’est pour les gros mots ;-)). C’est ce qui permet que l’axe tibia/talon soit respecté et donc éviter une entorse (catastrophique sur les petits ligaments tout neufs de poussin). Et lacée la chaussure, lacée, PAS DE SCRATCH oui c’est pratique, mais non, parce que la chaussure c’est du cuir et que le cuir ça se détent, et que le lacet : il permet que la chaussure soit toujours bien ajustée…CQFD! De plus, le laçage permet une grande facilité d’ouverture et donc permet l’insertion et le retrait du pied de poussin  tout en douceur.

2-Cette chaussures ne DOIVENT pas avoir de semelle débordante (un "cousu sandalette", encore un gros mot) comme LES fameuses dont je vous parle plus haut…Mais pourquoi me direz-vous ? Et bien parce que le petit cerveau de votre enfant doit déjà mobiliser énormément d’énergie pour lui permettre d’assimiler le principe de la marche (donc comment poser ce truc nommé « pied » et comment le déplacer). Si en plus il lui faut assimiler que techniquement sa semelle de chaussure est plus longue que son pied…: c’est la cata! Oui, toi maman qui chausse un 38 environ, enfile la paire de 42 ou 43 de papa et essaye de marcher avec sans tomber…Balèze!

3-La chaussure de poussin, vu sa taille, loge aisément entre le pouce et l’index de maman qui doit être capable de plier ladite chaussure d’une main sans forcer, et qui doit regarder que cette chaussure plie dans son premier tiers (bin oui regarde ton pied… Si, si, maintenant… Tes orteils, ils sont bien dans le premier tiers de ton pied! Alors?). Si la chaussure ne s’adapte pas parfaitement à la morphologie du pied de poussin, cela complique la marche.

4- LA voûte plantaire! Vaste débat…Avec ou sans? Je suis au regret de vous annoncer que NON, pas de voûte plantaire! Sauf si votre médecin, podologue ou orthopédiste vous le conseille.

Enfin, et ça c’est valable même pour des poussins qui marchent déjà ou des petites poulettes de six ou sept ans, on ne glisse pas son doigt derrière la cheville d’un enfant pour savoir s'il y a de la place. Instinctivement, un enfant va recroqueviller ses orteils dans la chaussure au moment où vous glissez votre doigt. C’est un réflexe et donc cela fausse la donne.

On prend donc la chaussure gauche par exemple et on la place côté semelle, sous le pied droit (ça fonctionne dans l’autre sens aussi ;-)), et on regarde. Pour une aisance maximale pour l’enfant, il doit y avoir environ 1.5 à 2 cm de réserve devant ET derrière. Et puis on fait mettre l’enfant debout dans ses chaussures et on lui demande de dire où se trouve le bout du « gros pouce ». C’est là que vous verrez s’il  reste une marge acceptable pour  qu’il puisse porter sa paire de chaussures plus de 1 mois!

 

Tous ces conseils n’ont qu’un but : vous permettre de voir s’élancer poussin pour que ses premiers pas, en plus d’être magiques dans le cœur des parents, puissent être un moment de découverte merveilleux pour lui!

Quoi de plus beau que le sourire de l’enfant, si fier de vous montrer ce qu’il peut faire ?

Et puis soyez en sûr, tous ces conseils ne remplaceront jamais le bon sens. Comme j’avais coutume de le dire aux jeunes parents : "faites-vous confiance, poussin saura vous guider, et votre instinct fera le reste!"