Ma vie façon NOglu*(ten) en Vendée

Comment survivre en étant une Vendéenne active, sportive, mère de famille nombreuse et ...  intolérante alimentaire ?

 

Et oui !  L’enquiquineuse de service qui ne peut manger ni pain, ni pâtes, ni gâteau, ni semoule, aucune viennoiserie, pas de biscuit sec, jamais de crêpe, de gaufre ni de chichis sur la plage !

La bobo qui vérifie systématiquement la composition sur l’emballage et qu’on hésite à inviter à dîner ! La chochotte qui, au restaurant, demande avec un air gêné : « Y a t- il de la farine  dans votre sauce? Et dans vos œufs au lait, vous mettez du lait ? »   Et qui finit pas choisir son éternel steak tartare /salade verte/ salade de fruits frais. Car non contente d’être "Noglu", la duchesse est aussi intolérante au lactose… aux pommes de terre, aux amandes, aux noisettes et à l’agar agar ! (Agar-agar ? kesako l’agar agar ? Une algue ! Un gélifiant, épaississant naturel présent dans énormément  de produits tout prêts.) 

 

Alors voilà, lorsque le verdict de l’analyse de sang (intolérances alimentaires multiples) est tombé il y a quelques années, j’ai commencé par être soulagée : "Enfin, je sais d’où vient le mal, enfin je n’aurai plus mal."  Puis j’ai été affolée, voire paniquée, allez n’ayons pas peur des mots, catastrophée : "Comment vais-je faire, avec ma marmaille, ma gourmandise et mon emploi du temps pour survivre en Vendée sans gluten et sans lait?"

 

Voyons les choses positivement. D'une part je suis principalement intolérante au blé et au lait  de vache. Je supporte bien les autres céréales et le lait de brebis et de chèvre. Je n’ai plus jamais mal au ventre ou à la tête, plus de boutons et rougeurs, ni gratouillis ni gargouillis. D’autre part le régime sans gluten et sans lactose permet de garder une silhouette de jeune fille (oui, oui, parfaitement, de jeune fille !). Enfin l’intolérance alimentaire est de plus en plus connue  et donc facile à vivre au quotidien. 

 

Au supermarché

Etant du genre active et débordée, je ne fais mes courses qu’une fois par semaine et je ne vais qu’au supermarché. Une partie du rayon « produits diététiques » est dédiée au gluten free. On y trouve farine à gâteau, farine à pain, pains de toutes sortes, pâtes, gâteaux secs. Je me suis très vite habituée et mes enfants préfèrent les pâtes au maïs qui restent plus ferme à la cuisson. Il existe toutes sortes de galettes de riz et de maïs, nature, au chocolat noir, chocolat/ noix de coco.

 

Sans aller jusqu’au rayon diététique, au rayon boulangerie aussi on trouve des pains et galettes de seigle complet et du pain sans gluten. Au rayon pâtisserie : de la semoule de maïs et de millet , de la farine de Sarrazin et des fécules de maïs, riz et pomme de terre. Je deviens spécialiste de la cuisine asiatique principalement à base de riz (pâtes, vermicelles, galettes, farine). J’ai découvert, les pois  secs, chiches ou  cassés, le quinoa, des lentilles de toutes les couleurs! Ainsi que le lait de chèvre, brebis et coco, crème de riz et de soja (qui remplace très bien la crème fraiche dans les préparations culinaires. En revanche rien ne remplacera jamais une bonne cuillère de crème fraiche dans la soupe ou avec les fraises.)

 

A l'épicierie bio ou au marché de la Roche le samedi

Lorsque je peux prendre plus de temps je file à l' épiceries bio, et là l'univers des "Noglus" s’offre à moi. Je peux aussi commander du pain gluten free frais au marché de la Roche le samedi matin.

 

Bref ! Oui, j’ai renoncé aux pains au chocolat tout chauds et à la Chantilly. Non, je n’ai pas renoncé à chouchouter mes papilles quand même! Alors un conseil, si vous êtes du genre ballonnée, fatiguée, douloureuse et boutonneuse, essayez la solution "Noglu-Nolait", votre vie va changer !

 

*le NOglu est un restaurant parisien, proposant une carte intégralement sans gluten

Veuillez vous connecter pour faire des commentaires