Les végétariens face aux tentations du réveillon

"Ah les repas de réveillon... Foie gras, saumon, dindes et autres pièces de viande bien juteuses... Ah mais oui mais non, pas toi, tu es végétarien !"   Justement, quand on a fait le choix de ne plus consommer de viande, comment fait-on face aux repas de fête, ou même aux simples sorties resto ? Et que signifie exactement être végétarien ?

Dans la catégorie  "c'est décidé, j'arrête la viande",  il faut distinguer trois niveaux de reconvertion chez les "végés",  comme ils s'appellent eux-mêmes.

Les végétariens d'abord.  " Ce sont ceux qui ne mangent pas de viande mais qui consomment quand même des protéines animales ",  nous explique Roselyne Mairesse , nutritionniste à La Roche-sur-Yon. Oeufs, lait et produits dérivés sont donc encore au menu. 

Au niveau supérieur, on retrouve les végétaliens . " Ceux-là ont banni définitivement tout produit alimentaire d'origine animale." Exit donc le lait et les oeufs, mais aussi le miel. Ce qui inclut bon nombre de pâtisseries, du moins celles réalisées à la traditionnelle.

Puis vient le végan . Lui, c'est le boss final du refus de consommer animal. " Les végans sont des végétaliens qui poussent la philosophie à tous les produits de consommation courante impliquant l'exploitation des animaux " ,   poursuit Roselyne Mairesse. De fait, les végans ne portent pas de cuir, de laine ou de soie. Ils réduisent également drastiquement la consommation de médicaments ou de cosmétiques, qui auraient pu être testés sur des animaux. Une vraie prise de conscience, qui s'accompagne souvent d'un esprit écologique et responsable.

Un choix de conviction

Lucile et Alex sont deux jeunes Yonnais de 25 et 29 ans. Ils ont fait le choix de ne plus consommer de produits issus de la production animale. Pour Lucile, la conversion est assez récente. Il lui arrive encore de manger des oeufs ou du lait. L'élément déclencheur a été sa rencontre avec Alex. " J'avais déjà plus ou moins cette envie à l'esprit ",  explique la jeune femme. " C'est à la fois une dynamique induite par des rencontres mais aussi une prise de conscience, l'envie d'être actif."   Alex est végétalien. Musicien, c'est sa pratique artistique qui a été le point de départ de sa reconversion. "J'évolue dans un milieu où le phénomène est assez présent. Mais comme Lucile, c'est aussi un cheminement personnel, une prise de conscience qui devient un réflex."

De sa cuisine au restaurant

Au jour le jour, pas trop de problème pour se nourrir. Même si c'est dans les boutiques bio , encore peu développées, surtout dans les villes moyennes, que l'on peut trouver des produits végés. Là où ça se corse, c'est pour les sorties au restaurant. "C'est encore difficile, même dans certaines grandes villes, de trouver des restaurants végétariens ou végétaliens ",   confie Alex.

[[Décrire l'image]]
©Philippe Bertheau

" Certains restaurants traditionnels proposent de plus en plus une alternative à leur carte habituelle." Cependant, le jeune couple doit souvent appeler le restaurant à l'avance pour ne pas se casser le nez. "Certains commencent à nous connaître et on peut y aller sans prévenir."

Réveillon à deux vitesses

En cette période de fêtes, souvent synonyme d'excès alimentaires, on imagine la problèmatique soulevée par le choix des végés. Même si Lucile et Alex s'en sortent plutôt bien. " Nos familles et nos amis nous connaissent. Du coup, ils adaptent souvent le menu en fonction. " Le plus souvent, le repas est le même pour tous, mais une version sans viande est disponible pour eux. " On concocte aussi les repas de fête ensemble, ce qui fait qu'on s'y retrouve ." Il arrive même qu'Alex et Lucile apportent leur version végétarienne du plat de viande. Un peu difficile au début de se pointer à la fête avec son Tupperware®. Parfois, ils aimeraient bien aussi goûter à quelques plats "interdits", mais le suplice ne dure pas. " Nous n'avons pas de regrets ",  déclarent-ils en choeur.  Et les repas de famille sont aussi l'occasion d'échanger avec les autres invités sur la façon dont chacun de voir les choses.

Encore des préjugés

Bien qu'ils aient fait le choix de changer de mode de consommation depuis pas mal de temps, le jeune couple doit encore faire face à certaines remarques. " Surtout lors de nouvelles rencontres ",  précise Lucile. "Cela va du : "tu manges des graines alors ?" à ceux qui essaient de te faire changer d'avis. De mon côté, je n'ai jamais fait de remarque à une personne qui mange un steack à côté de moi ",  ajoute Alex. Une question de respect des convictions donc, mais aussi d'évolution des moeurs. Une prise de parti pour la cause animale qui commence à s'étendre. Notamment avec les actions mises en oeuvre par l'association L214 . "Nous sommes à une période charnière en ce moment. Même si certaines actions localisées ne sont pas forcément suivies d'une remise en question par le plus grand nombre",  conclut Alex.

Photos réalisées avec le concours des 4 Saisons, 24 rue des Halles, La Roche-sur-Yon ©Philippe Bertheau

Veuillez vous connecter pour faire des commentaires