Les histoires de Nicolas Petisoff

Nicolas Petisoff est venu à la rencontre d'étudiants yonnais, jeudi soir. Une discussion autour du théâtre accompagnée d’anecdotes croustillantes quelques jours avant les deux représentations de la pièce Ékatérina Ivanovna.

Béret sur la tête. Manches retroussées. Il fait rire. Lorsqu’il raconte son passé, ses expériences, Nicolas Petisoff enchante les étudiants. Pourtant, la pièce dans laquelle il joue est loin d’être drôle. Ékatérina Ivanovna a été créée par Léonid Andréïev il y a un peu plus de 100 ans. « La première représentation en 1912 a connu un tôlé affreux », souligne Nicolas Petisoff.

L'histoire commence par un député, Guéorgui Dmitriévitch Stibéliov, tirant trois coups de feu en direction de sa femme, Ékatérina Ivanovna. Il pense qu'elle l'a trompé. Elle survit. Mais cet événement va la bouleverser au point de l'entraîner de plus en plus bas.

Léonid Andréïev était un visionnaire. « Le texte a été écrit il y a 100 ans, pourtant, il semble contemporain, assure l’acteur. Andréïev était aussi un peu fou. L’affiche de la pièce, c’est une photo de son fils, Vadim. Léonid dit à son fils que lui et sa mère divorcent. Et juste après, clic, il prend la photo. Et le pire, c’est que c’est la vérité ! »

Vous l’aurez compris, la pièce est sombre. Et complexe. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle est proposée pour un public de 16 ans et plus. Sans rire.

 

La pièce se jouera au théâtre du Grand R mardi 11 et mercredi 12 février, à 20h30.

Veuillez vous connecter pour faire des commentaires