Le Festival Acoustic, ce sont des artistes, un public ... et des bénévoles !

Si on résumait en quelques chiffres l'édition 2015 du Festival Acoustic 2015? Six pour le numéro d'édition, 7 pour les concerts, 30 pour le nombre d'artistes et de musiciens. Ça, c'est pour le côté scène. Moins visibles, comptez sur 150 bénévoles. Des petites mains essentielles qui font vivre le festival et prennent un réel plaisir à revenir chaque année. Qui sont-ils ? Que font-ils ? Et bien, ce sont eux qui en parlent le mieux.

Céline, chargée des finances fait le briefing du samedi soir : "L'édition 2015 se passe très bien malgré le petit changement de dernière minute. Bravo à tous, vous vous êtes bien adaptés. Ce soir, même chose, on passe les billets en scan. Ensuite, il y aura les contrôles d'accès. Donc on demandera aux filles qui sont à l'accueil, aux portiques, d'y rester pendant tout le concert. Il faut toujours qu'il y ait quelqu'un. Pour le bar, c'est le même fonctionnement, avec de l'argent, a une exception près. Certaines personnes ont préalablement crédité leur compte. Alors si elles veulent payer avec leur bracelet, vous avez des beepers au bar. Vous les bénévoles, vous avez tous 5€ pour votre collation et vous les faites débiter au bar via vos bracelets. "

Michèle, 68 ans, Marie-Thérèse, 67 ans, et Alice, 67 ans, crépières :  " Nous sommes bénévoles depuis le début du festival Acoustic. Ce qu'on apprécie, c'est le bonheur d'être avec tout le monde, de voir du monde et d'être bien, de discuter, de profiter. On s'entend tous bien. Ça change des retraités! On est parmi des jeunes et c'est super sympa. L'ambiance est super. Nous, on est une bonne petite équipe. Tout le monde est poli, tout le monde se dit bonjour, c'est agréable. Nous, on fait des crèpes. Nous, sommes là dès 9 heures le matin. Nous faisons la pâte, à l'ancienne. On rentre manger, comme ça la pâte repose et dès 15 heures, on revient faire les crèpes. Le plus compliqué, c'est pendant les entracts, mais ça dure une petite demie-heure. Nos crèpes sont faites à l'avance, on les fait juste réchauffer, ça va encore assez vite. Hier soir, il nous restait 12 kg de galettes de blé noir et on a tout vendu. Alors que l'année dernière, il nous en était resté, c'est ça qui est difficile. Tous les ans, on note les quantités et on ajuste en fonction de ça. Le vendredi soir et le samedi soir, c'est pas grave, on sait que si ça reste, ça servira le lendemain. Le dimanche est  le jour plus difficile à gérer. Mais les gens consomment moins le dimanche soir. Le lendemain, ils travaillent alors ils partent dès la fin du concert."

Carole, 19 ans, aux entrées : "C'est la quatrième année que je suis bénévole. C'est sympa, il y a une bonne ambiance, c'est convivial. Et puis,  tous les âges sont représentés alors c'est plutôt pas mal. Moi, je suis à l'entrée et je mets les bracelets aux spectateurs pour qu'ils puissent rentrer dans la salle. Ce sont des bracelets beep event connectés. Le premier soir, c'est super stressant, parce que c'était nouveau, mais c'est juste le temps de prendre l'habitude et maintenant ça va !"

Mélanie 36 ans, placement "Moi, je suis en bas dans la salle. Nous regardons les billets pour savoir si les personnes sont assises où debout. S'ils sont assis, on leur donne un numéro qu'ils collent sur leur chaise, ce qui leur permettra de retrouver leur place après l'entract. Pour les places assises, le placement est libre. C'est la première année que je suis bénévole au festival et c'est sympa. Ce qui me plait, c'est le contact avec les gens et participer à des choses que je n'aurai pas forcément eu l'occasion de faire. C'est une opportunité je trouve aussi. C'est un bon moyen de rencontrer du monde et faire de nouvelles connaissances."

Evelyne, 60 ans placement : " Je suis bénévole depuis la première édition. Je suis mordue. Des artistes, j'en ai vu beaucoup, des gens sympathiques, des très sympathiques et d'autres un peu moins. Je me souviens de Thomas Dutronc que l'on avait trouvé vraiment extra, comme nous. Le dimanche soir en partant, les derniers bénévoles avaient été appelés dans les loges. Thomas voulait nous dire au revoir et il nous a fait la bise, tout simplement. Excellent ! Tous les ans, beaucoup d'artistes remercient le travail que font les bénévoles."

Jean, 62 ans, runneur : Je conduis les véhicules qui sont mis à disposition par une concession, ils sont prêtés gratuitement pour le week-end, il y en a quatre ou cinq. L'objectif, c'est d'être disponibles pour les artistes quand ils ont des besoins de déplacements, soit retourner à l'hôtel, soit comme on vient de l'apprendre il y a 5 minutes, aller dans un magasin avec les enfants. On se plie un petit peu à leurs exigences, on est leur chauffeur. On est 5 chauffeurs, et on ne sait jamais à l'avance lequel de nous partira, ni ce que les artistes veulent faire. Je suis bénévole depuis le début du festival, et runneur, mais parfois, je fais aussi le bar en complément suivant les besoins. Et il y a deux ans, je me souviens que Tété voulait se restaurer, il fallait l'emmener au restaurant, alors je lui ai proposé de l'emmener dans ma voiture parce qu'il n'y avait pas d'autre véhicule. Et c'est marrant, parce que le régisseur que j'ai revu ici se souvient que je l'avais emmené avec ma voiture, c'est lui qui m'a reconnu. Ce qui est programmé à l'avance, ce sont les arrivées à la gare ou à l'aéroport avec les heures les numéros de train ou de vol et qui on doit aller chercher. Cette année, nous devons avoir les casquettes et le T-Shirt apparant au logo du festival pour être reconnus.

Dimitri, 39 ans sécurité : " Nous, on est dans la fosse pour empêcher les gens de passer par dessus mais aussi pour aider les chanteurs qui veulent aller avec le public. Il faut qu'on les suive et qu'on fasse attention à ce qu'ils ne se fassent pas bousculer. Après, on les accompagne dans les loges et on doit faire attention que personne ne vienne pour faire signer des autographes. Moi, c'est la quatrième année que je fais ça avec un copain. Ce qui me plait c'est tout, l'ambiance, les personnes, la simplicité, tout le monde reste cool, que ce soit un patron, un ouvrier, on est tous pareil. C'est vraiment une super expérience à vivre, c'est génial !"

Jérôme, 35 ans et Jean-Pierre, 48 ans techniciens : " Nous, ce qu'on aime, c'est le contact avec l'équipe technique, les artistes. On s'est retrouvé à la technique par hasard au début et puis on s'y est plu, alors on revient. On met en place le plateau et puis on le défait entre les changements d'artistes, on fait le démontage et montage. Ce sont trois jours intenses. Etre bénévole, c'est vivre ça de l'intérieur, c'est un privilège. On a lié des contacts avec les techniciens professionnels et puis les artistes et leurs techniciens. C'est génial, c'est vraiment un moment fort, ça permet de rencontrer des personnes avec qui on garde des contacts après. A Acoustic, il y a une ambiance qui est très familiale. S'il n'y avait pas une si bonne ambiance, je crois qu'il y aurait beaucoup moins de volontaires. Ce "travail", on le fait par passion."

Jean, 68 ans placement parking : " Je suis devenu bénévole parce que l'équipe qui s'occupait du festival, c'étaient mes anciens élèves. Notre travail consiste à accueillir les personnes dans leur véhicule et les guider jusqu'à ce qu'elles se garent bien les unes après les autres sur le parking et tout ça avec le sourire. On a besoin de 21 bénévoles sur le parking. On s'entend bien. On accueille environ 1000 voitures.. Ce sont quasiment que des hommes sur le parking, il n'y a qu'une femme, la mienne ! "

Veuillez vous connecter pour faire des commentaires