Kelly Reichardt : une cinéaste, une rétrospective et beaucoup de talent

Le Festival international du film (FIF) de La Roche-sur-Yon, qui a débuté ce mercredi 16 octobre, met à l'honneur la cinéaste indépendante américaine Kelly Reichardt. Portrait. 

Le cinéma est une colline, un fleuve, une forêt, une terre : c'est un paysage. Celui de Kelly Reichardt est un espace géographique personnel et envoûtant. Il est l'expression de son indépendance, épuré et fondamentalement simple au sens noble du terme.

Le paysage est au centre de tout, il est la toile de fond et le fond du film. C'est le cas de la forêt de Old Joy (2006), des plaines et des collines de La dernière piste (2010)ou encore de la petite ville de Wendy & Lucy (2009).

« Je passe beaucoup de temps à choisir les décors et les lieux de tournage », affirme la réalisatrice, invitée d'honneur du Festival international du film de La Roche-sur-Yon. 

Une rétrospective à la hauteur du festival

Une rétrospective de ses films nous est offerte avec deux films inédits : River of grass (1994), son premier,et Ode (1999), un court métrage. Sans oublier l'avant-première de Night Moves(2013), Grand prix du Festival du cinéma américain de Deauville 2013. Ce dernier dépeint l'association de trois écologistes radicaux dans le but de détruire un barrage hydroélectrique.

Quand on regarde l’ensemble de ses films, on se demande si cette femme est pessimiste ou réaliste. « On a tendance à voir le verre à moitié vide ou à moitié plein, répond Kelly Reichardt . Avec mes amis, on dit qu’il est à moitié plein de merde. » Pour conclure, elle précise qu’elle est « réaliste mais que cette situation [celle du film Night Moves] est pessimiste ».

 La naissance d'une référence cinématographique

Kelly Reichardt est née à Miami en 1964. C'est une scénariste et réalisatrice indépendante avec une vision nihiliste du cinéma. Elle collabore dans un premier temps à la réalisation du film Poison (1991) de Todd Haynes qui deviendra son producteur et son ami. Safe, considéré par Kelly Reichardt comme le meilleur film du réalisateur, sera également présenté au FIF. La cinéaste précise d’ailleurs : « Je l'ai utilisé pour mes cours pendant des années, mais je découvre de nouvelles choses à chaque visionnage ».

C’est avec River of grass que Kelly Reichardt se lance dans la réalisation de son premier long métrage. Mais c'est avec son deuxième, Old Joy, qu’elle rencontre un début de reconnaissance en Europe.

 Son cinéma est ample dégagé, il nous laisse le temps de respirer et de piocher au sein de cette espace les thèmes, les impressions qui nous traversent. Les personnages sont à l'image de ses films minimalistes, leurs gestes, leurs silences en disent autant que leurs paroles.

 Les femmes, le cinéma et la politique

Kelly Reichardt se plait à féminiser ses sujets de réflexions. C'est le cas pour Wendy la vagabonde, la "hobo" de Wendy & Lucy. Le personnage joué par Michelle Williams est loin de l'image familière que l'on se fait du vagabondage, image éminemment masculine. Quant à son western La dernière piste, il s'inspire des journaux intimes des pionnières pour enrichir la substance de ses protagonistes féminins. Et s'écarte des classiques du genre en laissant plus de place au rôle qu'ont joué les femmes au cours de la conquête de l’Ouest.

A l’inverse, son dernier film ne traite pas de ce sujet. Thriller écologiste, il possède une dimension résolument politique. La réalisatrice a souhaité explorer la gauche radicale étasunienne. « Il est trop facile de taper sur la droite », explique-t-elle. Et lorsqu’elle boit de l’eau, Kelly Reichardt nous rappelle à l’ordre avec humour : « il ne faudrait pas boire d’eau en bouteille après avoir vu un film sur l’écologie ». 

 

Les films de Kelly Reichardt au FIF. 

Vendredi 18 octobre. Safe : 16 h, au théâtre.  La Dernière piste : 22h30, au cinéma Le Concorde. 

Samedi 19 octobre. Old Joy : 14h, au Manège. Rencontre avec Kelly Reichardt : 15h30, Manège. La Dernière Piste : 16h45, au Manège.  River of grass et Ode, 18h45, au Concorde.

Dimanche 20 octobre. Wendy & Lucy, 18h45, au cinéma Le Concorde.

 

supjournalisme.jpgUn article écrit en partenariat avec