Jérôme Aubineau, inventeur et raconteur d'histoires

Chroniqueur de "La Grande Emission" sur Télé Vendée et intermittent du spectacle depuis 14 ans, Jérôme Aubineau donne du plaisir aux autres en leur contant des histoires. Il joue avec les mots et se joue d'eux comme d'autres jouent de la musique ou tapent dans un ballon. Portrait d'un homme simple et souriant qui a le conte dans le sang.

Originaire du sud Vendée, région riche en histoires et traditions orales, Jérôme Aubineau est pourtant un homme discret. Comme Obélix tombé dans la potion magique de la force, Jérôme, lui, a basculé dans le chaudron des contes dès l'enfance. " Mes parents m'emmenaient voir des conteurs. Ils avaient aussi des amis conteurs. Mais le vrai déclencheur a eu lieu quand j'étais à la fac ".

Passionné des autres et des histoires humaines, Jérôme souhaite faire des études de sociologie. Parallèlement , il est animateur pour enfants. Son public est tout trouvé, les enfants n'ont d'yeux que pour lui et d'oreilles que pour ses histoires. Son goût pour le conte se renforce, lui donne de l'énergie.

Des bancs de la fac à ses premiers pas sur une scène yonnaise

A tel point que dès sa première année de sociologie, il doit choisir un sujet d'étude. Tout naturellement, il se tourne vers les contes. Il assiste alors au Festival National du conte de La Roche-sur-Yon, afin d'interviewer des conteurs. Ecouter les autres conter a attisé sa passion pour cet art. Mais de là à en faire un métier, l'idée ne lui traverse pas encore l'esprit. 

A La Roche-sur-Yon, l'ancien bar des Glycines organise des soirées-contes une fois par mois. Jérôme Aubineau y vient, il écoute, il s'imprégne de l'ambiance, toujours dans le but de réaliser son sujet sociologique.  Et puis, un jour quelqu'un lui dit : " Toi qui vient toujours écouter les histoires, t'en aurais pas une à nous raconter ? ". Jérôme est surpris ... quoique ! A force de venir écouter les autres, il fallait bien que ça lui tombe dessus un jour.

Et justement, il a une petite histoire en poche. Elle lui a été inspirée, aussi bizarre que cela puisse parraître, lors de ses cours de statistiques. Durant le cours, l'enseignant explique aux étudiants les statistiques en matière de rencontres amoureuses en fonction des CSP (catégorie socio-professionnelle) et des lieux dans lesquels se formaient les couples. Il précise que statistiquement les supermarchés sont des lieux où les rencontres amoureuses sont fréquentes. Les supermarchés ! Tiens donc! L'idée amuse Jérôme qui se demande alors comment on peut bien rencontrer sa princesse au beau milieu du rayon fruits et légumes. C'est ainsi que nait sa première histoire. Celle d'un homme qui fait ses courses et dont le chariot se retrouve coincé par une petite feuille de salade. L'homme prend la feuille de salade et pleure. Une larme tombe sur la feuille qui se transforme aussitôt en une jolie jeune femme, Batavia.

Entrée fulgurante dans la cour des grands

C'en est parti pour Jérôme, sa première histoire, et avec elle, son aventure dans le monde magique des contes. En effet, dans ce bar des Glycines, quand on lui demande de raconter une histoire, c'est avec celle-ci qu'il se lance. Dans la salle, ce soir-là, la Directrice du festival National du conte de La Roche-sur-Yon. C'était en octobre. Elle vient le voir à la fin de la soirée, lui dit qu'elle a aimé son histoire et sa manière de la conter et qu'elle le programme pour le prochain festival en mars de l'année qui suit. Jérôme n'a qu'une histoire, mais qu'à cela ne tienne, il lui reste cinq mois pour écrire un mini spectacle. Il monte alors un duo avec un guitariste qui l'accompagnera sur ses textes et se met à écrire.

En mars, il est fin prêt et impatient de monter sur scène, malgré le trac. Dans la salle ce jour là, il y a Yannick Jaulin, grand conteur vendéen que Jérôme admire beaucoup. Jaulin le trouve bon et l'inscrit à un concours de contes. Jérôme y va et remporte le prix du public. Dans la salle, Marie-Josée Germain de Gustave production. Elle le trouve bon et lui propose de devenir son agent. Dans la foulée, plus de 40 dates s'enchainent. Jérôme est toujours étudiant. En 2001, face au succès, il devient intermittentent et met à peine deux mois à boucler son dossier. Les dates s'enchainent à plus de 150 par an partout en France et dans les pays francophones. Le succès est au rendez-vous.

" J'ai fait les bonnes rencontres au bon moment ", explique t-il humblement. Gageons que le talent y est aussi pour beaucoup dans sa réussite. " La reconnaissance de mes pairs, un parrain, Yannick Jaulin, et surtout le fait d'être un des plus jeune conteur de France à cette époque, m'a également beaucoup servi . "

Aujourd'hui à 40 ans, les envies ne sont plus les mêmes, les 150 dates ne le font plus rêver. Papa de deux petites filles, il a envie de se poser. L'année dernière, il a tourné à 90 dates. Il se prend parfois à rêver d'un travail où il rentrerait tous les soirs, mais très vite cette pensée s'échappe. Il n'est pas encore prêt à vivre sans les contes. En tournée dans toutes la France, il observe et pioche ça et là des idées pour son prochain spectacle qui ne saurait tarder. Il aime encore l'admiration que suscite son travail et la reconnaissance du public. " C'est un métier et c'est un beau métier " conclut-il enfin.

Veuillez vous connecter pour faire des commentaires