Jane Austen, elle avait tout compris !

Bienvenue dans l'univers de Djane Faustine, chroniqueuse pour La Roche & elles, pâle reflet de son gourou inspiratrice : Jane Austen. Mais pourquoi Jane Austen me direz-vous ? Zat is ze qwestionne !

Pour faire un bon roman, Jane Austen - pétillante auteure anglaise du début du XIXème siècle - avait tout compris :  une peinture efficace de la société, des histoires d'amour et ... de l'humour. Bref, une précurseuse de la comédie romantique américaine comme je les aime.

Jane Austen, elle pourrait être mon modèle, mon Grand Manitou de l'écriture, ma maîtresse ès-ironie. J'aime son humour décalé. Elle excelle dans l'observation de la société qui l'entoure. Elle aime souligner avec mordant et réalisme, les défauts de ses contemporains. Quitte à forcer le trait. A ce goût pour la parodie, pour ma part, j'aime ajouter l'autodérision.

 

Jane Austen, c'est quand même la géniale auteure d' "Orgueil et Préjugés", la créatrice de Monsieur Darcy*. Son oeuvre, universelle et intemporelle, permet à chacune de ses lectrices de s'identifier à ses personnages féminins. Une visionnaire en somme. Oui, déjà, à l'époque, Jane a compris deux ou trois petites choses...

D'abord, la condition féminine, c'est pas le top ! La femme doit d'être parfaite : belle, intelligente (mais pas trop), aimable, souriante, bonne mère de famille et épouse compréhensive, sportive, douce, gestionnaire de son travail comme de sa maison...! Un seul objectif dans la vie : se  caser marier !

Elle met en garde ses congénères : les filles, ne croyez pas tout ce qui est écrit dans les romans sentimentaux. Le prince charmant et le coup de foudre, c'est du vent !

Elle se sert de l'écriture pour exprimer ses préoccupations, ses révoltes et ses sentiments d'injustice... L'écriture, c'est son défouloir, ça fait tellement du bien de dire ce qu'on pense !

 

Et puis, il faut dire que, comme moi, du fait de l'anonymat qu'elle cherche à préserver, sa réputation est modeste de son vivant et son talent reconnu seulement parmi l'élite littéraire... hum!

 

*D'Orgueil et Préjugés au Journal de Bridget Jones.

Helen Fielding reconnait d'ailleurs qu'elle s'est librement inspirée du roman de Jane Austen : « J'ai piqué sans vergogne l'intrigue dans "Orgueil et Préjugés" pour le premier roman. Je trouve qu'elle a été très bien agencée depuis plusieurs siècles et [Jane Austen] ne m'en voudra sûrement pas. » Daily Telegraph, le 20 novembre 1999.

Veuillez vous connecter pour faire des commentaires