J’ai testé pour vous… le balai-ballon

Du hockey sur glace. Remplacez la crosse par un manche muni d’un triangle au bout. Transformez le palet en une balle orange. Vous obtenez le balai-ballon. J’ai testé pour vous l’activité à la patinoire Arago.

Un patin taille 45. Une pointure au-dessus de la mienne. Ce mercredi 5 février, je teste le balai-ballon. Première déception en arrivant : il faut enfiler des patins pour jouer sur la glace. Logique me direz-vous pourtant ce sport se pratique avec des chaussures. Pas de quoi avoir peur mais bon, je me sens moins à l’aise. Je les enfile. Je me lève pour marcher. Je me ridiculise avant même d’entrer sur la glace. Je ressemble à un top model sur un podium muni de talons aiguilles trop hauts pour tenir en équilibre…

Un pied après l’autre. Je pose mes patins sur la glace. Je me dirige, lentement, vers Christophe, le DJ et animateur du balai-ballon. La patinoire est coupée en deux. Un tiers pour le balai-ballon, le reste pour ceux désirant juste glisser sans contraintes. Des volontaires se présentent pour tester cette activité insolite. Beaucoup d’enfants. Les équipes sont définies. Du cinq contre cinq. Dans mon équipe : quatre enfants de 8 à 12 ans. Idem pour l’équipe d’en face. Et c’est parti.

12 ans... et meilleur que moi

Déjà, tenir debout. J’y parviens… une minute à peine. Une première gamelle. Mon blouson amorti les chocs. Et finalement, le plus dur s’avère de se relever. Si je ne suis pas adroit sur la glace, j’ai l’avantage de la grandeur. Je campe près de mon but et dégage le danger. Je peux surtout compter sur le petit Gaëtan, 12 ans, pour élever le niveau. Il marque le premier but du match.

Une minute après, nouvelle chute. Je m’emmêle les pinceaux sur une action adverse. Je réalise un 360° avant de m’étaler sur la glace. Comme si cela ne suffit pas, je pousse dans le même temps la balle dans mon propre but…

Un but et une passe décisive

Pas de quoi perdre le moral. Au contraire ! Je suis hilare, ne parvenant pas, une fois de plus, à me relever. Et puis je veux le gagner ce match. C’est dire à quel point je descends bien bas pour vouloir remporter la partie face à des gamins deux fois moins âgés ! Et Ô, miracle. Je marque un but. Par chance, évidement. Mon tir a été dévié par un adversaire. Si l’équipe d'en face égalise sur le coup d’envoi, nous reprenons l’avantage. Ma passe est décisive pour Gaëtan qui inscrit le but de la victoire.

Je peux sortir du terrain sans avoir trop honte. Mon genou gauche me signale qu’il n’a pas apprécié les chutes. Je me suis bien éclaté, dans les deux sens du terme. J’ai roulé des patins à la glace et j’ai bien envie d’y retourner.

 

Plus d'infos sur les activités et soirées proposées à la patinoire de La Roche-sur-Yon.

Veuillez vous connecter pour faire des commentaires