J'ai testé ... le restaurant La Clé de Sol

Ouvert depuis une quinzaine de jours dans la zone-sud à la place d'une enseigne de vente de bières, La Clé de Sol nous promet une ambiance jazz et de la cuisine raffinée. J'ai testé et voici le résultat .

Première impression, le restaurant est visiblement toujours en travaux. Après avoir traversé la salle où trône encore l'ancien comptoir du bar et une grande statue métallique d'un alien jouant de la musique, on découvre la salle de restauration à l'étage. Là, c'est une bonne surprise qui nous attend, la décoration est moderne et plutôt sympathique. Les stores nous feraient presque oublier qu'on a vue sur une zone industrielle ... Mais on ne se plaint pas car c'est à deux pas du boulot. Nous avons réservé pour quatre et dans la salle quelques tables sont pleines. Pour un midi en semaine, ça semble raisonnable.

On nous apporte la carte. On y découvre une cuisine traditionnelle : poissons, viandes, pâtes et quelques burgers. Le plat du jour nous aurait convenu si ce n'avait été des rognons ... On passe notre tour mais ça c'est une question de goût. Les prix sont assez élevés (13€ pour un burger et 7,50€ le dessert), donc on espère que l'assiette est à la hauteur de son ambition. On part sur un burger (c'est tendance) avec un steak "au couteau", cheddar, tomates, oignons et omelette. Comme je ne suis pas quelqu'un de pénible ... je fais l'impasse sur l'omelette. 

Là, démarre une attente de plus d'une demi-heure. On vient nous demander si tout va bien. On annonce qu'on est un peu pressés (qui ne l'est pas en semaine à midi ?) et les plats finissent par arriver (ouf! le pain est là aussi, il nous avait manqué). La présentation est plutôt soignée, les frites sont présentées dans un "cornet" (c'est tendance aussi !) et la salade dans une verrine ... Bon, ça c'est plus bizarre que pratique mais soit.

C'est lorsqu'on attaque la dégustation que tout se gâte. Pour commencer, il manque un ingrédient essentiel dans mon burger (mais non pas l'omelette, ça c'est fait exprès, vous suivez ?) : le cheddar ! Un burger sans fromage, mon monde s'effondre ! On fait appel au serveur pour lui signaler l'erreur et on en profite pour lui demander du sel pour les frites qui n'en n'ont pas vu la couleur jusqu'ici. Pendant que mon plat (tant attendu) s'en retourne en cuisine sous mes yeux affamés, on s'interroge sur l'assaisonnement de la salade. Est-ce nos papilles qui ne sont pas assez développées ou alors est-ce bien ... de l'huile ? Oui de l'huile, aromatisée certes mais sans vinaigre, c'est un peu gras.

Après une petite blague du serveur sur le fait que "le fromage en moins c'est bon pour le régime" (MERCI !) mon burger revient devant moi. Je dis "mon" parce que c'est le même que tout à l'heure, si si je reconnais la marque de mes dents dans le morceau que j'avais entamé 10 minutes plus tôt ... miam ! A l'intérieur, une tranche de cheddar toute carrée a été étalée sur mon steak. Bilan, c'est pas très appétissant et puis depuis le temps c'est plus que froid. J'avais commandé mon steak saignant. J'ai bien fait car ma collègue voulait le sien bien cuit, elle l'aura eu bien cru.

En réalité, c'est une succession d'erreurs de réalisation qu'on retrouve dans ces plats qui avaient pourtant des recettes bien pensées à la base. Dommage ... La seule rescapée sera celle d'entre nous qui a commandé un pavé de viande avec des frites (sans sel). Il est arrivé presque chaud et ne s'en est pas trop mal sorti. 

Je ne vous explique donc pas pourquoi nous n'avons pas testé les desserts. Après cette déception, la faim nous avait (presque) quittée. En quittant la table pour aller régler la note, on entend les serveurs s'excuser à quasiment toutes les tables pour des erreurs diverses. Visiblement, nous ne sommes pas les seules, c'est rassurant ... ou pas. Le patron nous accompagne à la caisse (c'était visiblement lui assis à la table d'à côté ... bizarre) et nous demande si tout s'est bien passé. Inutile de vous dire que nous lui faisons part des quelques erreurs et il nous propose de nous offrir ... du champagne. Non merci, il est temps de retourner travailler et on aurait manifestement préféré une petite ristourne sur la note. Le responsable se confond en excuses et se répend en remarques sur l'incompétence du personnel (sympa !), et c'est sur cette note positive que nous quittons l'établissement.

Enfin, pour ce qui est du pianiste jazz qu'on nous avais promis à midi (sur l'annonce parue dans le journal), il était visiblement souffrant ce jour-là. Il aura été remplacé par une sélection musicale plutôt classique et par l'énorme tuba posé sur une table au milieu de la salle.

Pour nuancer mon expérience, je souligne le fait que le restaurant n'est ouvert que depuis 15 jours, même si pour moi ça ne constitue pas une véritable excuse. Je ne sais pas si je m'y aventurerais une autre fois mais je vous invite à aller constater par vous-même. 

 

Veuillez vous connecter pour faire des commentaires