FIF 85 : le marathon cinéphile d'une Yonnaise : épisode 3

Jeudi, c'était LA grosse journée avec quatre films et un concert !  Dans ma sélection : trois films projetés au Théâtre.

Voir des films dans un joli théâtre à l'italienne : au début l'idée est chamante, le lieu est atypique. Mais déjà dès le premier film, on se rend vite compte que les fauteils moelleux du Grand R et du Concorde  nous manquent cruellement.

Lors de ma séance matinale, j'ai découvert une autre facette du Festival : les scolaires ! Pour mes deux premiers films, j'étais englobée dans un public majoritairement lycéens. Au début, je les sentais un peu "vénère" après leur professeur de français de les avoir traînés ici. Leurs réflexions étaient drôles, pas toujours très "profondes". On sentait l'émoi adolescent dans la salle dès la première scène de baiser. Au final, certains sont captivés, d'autres décrochent et déguainent leur portable.

Jeudi 15 octobre. Jour 4

"Güeros" d'Alonso Ruizpalacios ♥ ♥ ♥

Compétition "Trajectoires".

Thomas, un jeune garçon, et deux frères s’embarquent dans un road-movie à la recherche du chanteur qui fit pleurer Bob Dylan.

La photographie de ce film est sublime. Ça pique les yeux tellement c'est beau ! En noir et blanc, la caméra se renverse, ralentit et focuse sur un Mexico en pleine révolte étudiante. Un road-movie dont les protagnistes ne quittent jamais réellement la ville. Chaotique et poétique ! 

 

 

"Pater" d'Alain Cavalier ♥ ♥ ♥

Retrospective "Vincent Lindon".

Alain Cavalier et Vincent Lindon conviennent de faire un film ensemble. L’un serait le Président de la République et l’autre son Premier ministre. Ils se filment dans leur rôle mais aussi en train de redevenir eux-mêmes.

Je vous faisais part de ma déception de ne pas avoir pu assister à la rencontre avec Vincent Lindon. Petit rattrapage jeudi puisque l'invité d'honneur du FIF est venu présenter "Pater" avant sa diffusion. L'homme est bavard mais passionnant : son amour pour Alain Cavalier et son désir de travailler avec lui, la place de la culture dans nos vies, notre rapport au temps et à l'urgence. Les lycéens dans la salle sont captivés et nous aussi.

"Pater", c'est une vraie expérience de cinéma, tant ce film est réalisé avec rien. On assiste à deux grands enfants qui endossent les costumes du pouvoi r.  "On a qu'a dire que c'est toi le Président..." ! Les propositions politiques faites par les comédiens semblent simplistes, mais pas tant que ça...

 

"Le Grand Jeu" de Nicolas Pariser ♥ ♥

Compétition "Internationale".

Pierre Blum, écrivain, rencontre sur la terrasse d’un casino le mystérieux Joseph Paskin. Influant dans le monde politique, charismatique, il passe à Pierre une commande étrange qui sera bouleversée par l’amour. 

Ce thriller politique, dont je n'ai pas saisi tous les enjeux, évolue entre les plus hautes sphères de l'Etat et le milieu militant d'extrême gauche. Forcément, on pense à l'affaire de Tarmac et à Julien Coupat même si le réalisateur Nicolas Pariser se veut très distancié par rapport aux faits. Le traitement des personnages n'est pas un seul instant manichéen et les dialogues sont soignés.

" L'Élan" d'Etienne Labroue ♥ ♥ ♥

Selection Variété

Une créature étrangement attifée d'une tête d'élan en peluche, débarque dans une petite ville isolée en bordure de forêt. Adoptée par une famille, confrontée aux habitants curieux ou inquiets, chacun s'interroge sur l'identité de cet être absurde et somnambulique. 

En présence du réalisation Etienne Labroue, ce film de genre m'a fait un bien fou : burlesque, décalé, absurde. Bernard Montiel, prisonnier d'une Jaguar, François Morel, pompiste recrutant l'Elan comme apprenti, Arsène Mosca en ufologue (expert en OVNI) possédé : oui, c'est étrange sur le papier et sur l'écran aussi ! Pour les amateurs du cinéma de Quentin Dupieux... Prenez votre Elan !

Cette journée féconde s'est cloturée sur le concert des Producteurs de Porc , groupe du réalisateur Etienne Labroue, au Fuzzyon . Ambiance punk rock et décontractée, entre deux bières, les festivaliers discutent des films qui les ont touchés, de ceux qu'il faut passer : il est encore tant d'adapter sa sélection pour ne rien louper ! 

Crédits photos : "Güeros"©Pathé ; "Pater" ©Atsushi Wada ; "Le Grand Jeu" ©Ju Anqi ; "L'Élan" ©Wild Side

Veuillez vous connecter pour faire des commentaires