Alexandra Quenault est « Bibiche »

Octobre rose, et sa mobilisation contre le cancer du sein, touche à sa fin. Mais la maladie, ses effets secondaires, la perte des cheveux et le Bonnet Bibiche... c’est toute l’année ! Rencontre à La Roche-sur-Yon, avec Alexandra Quenault, socio-esthéticienne et créatrice de ces bonnets qui font du bien.

 « J’aime le côté humain ». C’est pour cela qu’Alexandra Quenault, 35 ans, Yonnaise, a décidé de devenir socio-esthéticienne. Elle a pourtant commencé par des études d’esthéticienne et a créé son propre institut de beauté. Après 4 ans d’investissement, une remise en question s’est imposée à elle : "Je n’aimais pas trop le côté vente, alors j’ai choisi le côté social" explique Alexandra.  A 30 ans, elle suit donc une formation de socio-esthéticienne à Tours.
Ce métier, c’est avant tout un accompagnement corporel pour les personnes fragilisées par la maladie, adultes ou enfants. L’esthétique permet d’avoir un lien relationnel et aide à ce que les patients se sentent mieux. « On les aide à restaurer l’image de soi et reprendre confiance, par exemple : reprendre l’habitude de se maquiller ». C’est aussi un lien avec l’extérieur pour les personnes hospitalisées, un moment de confidence.
C’est pendant sa formation qu’Alexandra a eu l’idée du Bonnet Bibiche : « j’ai fait un stage en cancérologie où je voyais beaucoup de femmes atteintes d’alopécie, la perte des cheveux. Je me suis dit qu’il fallait trouver une solution esthétique et pas chère ». Elle a alors pensé à ce bonnet, moins cher que les perruques ou autres turbans spécialisés.

 

Un bonnet pour aider les gens

L’aventure bonnet bibiche commence lors de ses interventions à l’hôpital et dans les maisons de repos. « Au début je ne voulais pas les commercialiser et puis j’ai eu de plus en plus de demandes, on m’a dit : « faut que tu fonces, ça peut nous aider ! », alors je me suis lancée », raconte Alexandra. Le site  internet bonnet-bibiche.fr voit le jour en octobre 2012.
Le bonnet rencontre un franc succès. Même les personnes qui ne sont pas malades en veulent un. C’est devenu un accessoire de mode. Doux, en jersey, les bonnets sont uniques. C’est comme un turban, avec un élastique. On l’enfile comme un bonnet, puis on l’enroule autour de la tête. Simples et colorés, ils plaisent à tous. « Une jeune femme est venue me voir, car sa fille de 3 ans était malade, elle voulait un bonnet. Je n’ai pas de gamme pour enfant mais je lui en ai fait un sur mesure, rose avec des étoiles, customisé rien que pour elle ». C’est aussi ça l’esprit bonnet bibiche. Drôle de nom d’ailleurs ! Une appelation qui a son histoire : « c’est en hommage à mon grand frère, décédé d’un cancer à l’âge de deux ans et demi. Ayant du mal à prononcer mon nom, il m’appelait Bibiche » explique Alexandra.
Aujourd’hui la vente des bonnets marche bien, mais sa créatrice voudrait les faire connaître davantage.

 

Contact :
Alexandra Quenault
contact@bonnet-bibiche.fr
06 81 47 67 89
bonnet-bibibche.fr

 

supjournalisme.jpgUn article écrit en partenariat avec  

Veuillez vous connecter pour faire des commentaires