Kany : tresseuse africaine à domicile

Nattes collées ou libres, atebas (tresses indiennes multicolores) ou encore défrisage, Kany Camara connait les tresses africaines sur le bout des doigts. A 28 ans, elle a créé son entreprise de coiffeuse à domicile, à La Roche-sur-Yon.

 

« Je pourrais tresser les yeux fermés ! ». A 28 ans, Kany Camara a lancé son entreprise de coiffeuse-tresseuse à domicile, il y a à peine un an. Mais la technique, elle l’a depuis bien longtemps. « J’ai appris à faire des tresses africaines à l’âge de 10 ans ». Au Sénégal, son pays d’origine, elle s’est exercée aux côtés de ses grands-mères et arrières-grands-mères « Chez nous, c’est une tradition familiale. On voit les grands faire des tresses africaines et on les copie. On s’entraîne sur les plus petits ». S’entraîner pour réussir le modèle le plus basique. Continuer pour ne pas perdre la main. Se perfectionner pour réussir n’importe quel modèle et toujours apprendre quelque chose, « comme à l’école », explique-t-elle.

 

« Les salons, c’est à la chaîne »

 

Anciennement coiffeuse dans un salon, elle a préféré créer son entreprise à La Roche-sur-Yon, grâce à l’Adie (Association pour le développement de l'initiative économique). « J’ai emprunté 1500 euros pour acheter du matériel : tables, chaises, accessoires de coiffure etc... ». En plus des prestations à domicile, elle se déplace au marché pour étendre sa clientèle. Pour cela, elle avait besoin d’une carte, fournie par l’Adie. « En à peine un mois, j’ai pu commencer mon activité », explique-t-elle. Souriante et accueillante, Kany aime être proche de ses clientes, voir du monde. Et c’est ce qui l’a poussée à devenir coiffeuse à domicile : « Si je suis seule, je m’ennuie. J’ai grandi avec 3 frères, 1 sœur et mes grands-parents à la maison », se souvient-t-elle. Ses clientes aussi sont ravies. Valérie, sa voisine, le confirme : « Dans les salons, c’est à la chaîne tandis qu’ici, Kany nous offre un petit café, on discute, on plaisante. C’est plus convivial, moins cher et en plus elle ne nous fait pas mal ! ». Habituée aux cheveux africains, Kany coiffe également les cheveux européens. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, sa clientèle est majoritairement européenne. « Les africaines se tressent entre elles », dévoile-t-elle. Avis aux amatrices, soyez patientes. Il faut compter 20 minutes pour un bandeau et jusqu’à 3 heures pour des tresses libres sur cheveux longs ! Le résultat tiendra un mois grand maximum. En attendant, la prochaine génération se prépare : « Ma fille de 5 ans et demi commence déjà à coiffer son papa », lance Kany.

 

Contact

Kany Camara

111 rue du Pasteur Luther King, 85000 La Roche sur Yon

02.51.98.82.47

Facebook : Kany tresses

 

Photo :  Valérie Martinella, une habituée des coiffures de Kany.

 

 

 

supjournalisme.jpgUn article écrit en partenariat avec  

Veuillez vous connecter pour faire des commentaires